CFDT chez American Express GBT

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Actualités

Fil des billets

jeudi, mars 30 2017

SNAV : Une intersyndicale pour les NAO 2017 au niveau de la branche. Le rôle majeur de la CFDT.

Cela fait plus de quatre ans que les rémunérations conventionnelles, n’augmentent pas dans la branche des agences de voyages.

Les organisations patronales et syndicales ont pourtant l’obligation légale de faire des négociations annuellement pour les revaloriser. Les employeurs ont donc fait durant ces quatre ans des semblants de « propositions ». D’abord de 0%, puis, au fil des années, les niveaux passant au-dessous du SMIC et d’une rémunération décente, ils ont daigné proposer d’inscrire le premier niveau au SMIC. Les représentants des salariés ne peuvent concourir à cette posture et ont fait des propositions supérieures.

Les organisations de salariés, face à cette situation critique, exigent pour 2017 une revalorisation de tous les salaires de 2 %. Plus qu’une somme monétaire, c’est un engagement pour protéger un secteur mis en difficulté par ceux qui sont censés le développer.

Pour les organisations de salariés, qui reconnaissent des variations dans l’activité du voyage, les indicateurs économiques disponibles montrent une stabilisation voire une amélioration en ce qui concerne le tourisme.

 

FRAM, CWT, Transat, Havas…L’intensité concurrentielle et le rythme soutenu de rachats d’agences de voyages confirment que nous sommes dans un secteur attractif pour les actionnaires et les acheteurs.

D’ailleurs, plusieurs chiffres d’affaires de groupes que nous connaissons sont positifs et l’activité réalisée en France fait des profits significatifs, mais qui sont pollués par les redevances et autres frais de siège qui obstruent le résultat final.

Structurellement, les agences de voyages emploient des personnes d’un niveau de qualification exigeant (BTS tourisme, maîtrise de plusieurs langues demandées etc.). Or, la baisse des salaires a engendré une perte de compétences qui met à mal le maintien et le développement des agences de voyages et de leurs salariés conséquences s’il n’y en a pas ?

Face aux propositions minimales du collège patronal durant cette période, les OS déplorent une attitude irresponsable, qui contraint les salariés à fuir et désosse le secteur. En effet, le nombre de PSE et de mauvaises gestions évoquées plus haut permettent les délocalisations des plateformes et autres services à l’étranger, où les salaires et les fiscalités bénéficient aux employeurs.

Le choix de votre section CFDT de ne pas signer les NAO 2017 au sein de notre entreprise, se rapproche de la position des syndicats représentatifs et notamment de notre syndicat de rattachement .Cette vision commune montre une fois de plus que tant au niveau de l’entreprise qu’au niveau national la CFDT est en phase avec les attentes et les revendications des salariés. La cohérence se démontre par des actes.

La CFDT n’a pas cédé et ne cédera pas à la pression qui consiste à remettre en cause les avantages acquis en cas de non signature. Notre revendication principale, l’augmentation générale des salaires pour tous, est notre fer de lance et continuera de l’être. Le refus de la direction d’accéder à notre demande depuis plusieurs années comme le refus des Entreprises du Voyage démontre une politique salariale dogmatique et étriquée.

Cependant vos négociateurs de branche poursuivent cet objectif et continuent  les négociations qui sont toujours en cours. Nous exigeons une "revalorisation de tous les salaires de 2 %" en 2017.

La négociation continue.

 

vendredi, février 24 2017

COMMUNIQUE du 21 février 2017


DÉCLARATION DE Marylise LEON, SECRÉTAIRE NATIONALE DE LA CFDT


ADOPTION DE LA LOI DEVOIR DE VIGILANCE

Une avancée majeure vers une mondialisation plus juste

La loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d’ordre a été adoptée mardi 21 février en lecture définitive à l’Assemblée nationale. Instituant l’obligation de mettre en place un plan de vigilance, cette loi impose aux entreprises françaises d’au moins 5000 salariés (ou aux entreprises étrangères d’au moins 10 000 salariés ayant des activités en France) d’être responsables dans la conduite de leurs affaires, en France comme à l’étranger.

Ainsi, elles devront prévenir les risques d’atteintes aux droits humains et à l’environnement générés par leur activité sur l’ensemble de leur chaine de valeur. Les plans de vigilance devront donc couvrir les sociétés contrôlées, les sous-traitants et les fournisseurs, partout dans le monde.

La CFDT, mobilisée depuis plusieurs années, se réjouit que la France soit le premier pays à se doter d’une telle législation de progrès social pour une mondialisation plus juste.

Grâce à l’action de la CFDT, les plans de vigilance prévus par la loi devront être élaborés et mis en œuvre en concertation avec les parties prenantes, et en premier lieu avec les organisations syndicales.

Il s’agit d’une avancée décisive vers un dialogue social renforcé en matière de responsabilité sociale des entreprises.

La CFDT se félicite particulièrement de la reconnaissance du rôle des organisations syndicales dans l’élaboration du dispositif d’alerte prévu par le plan de vigilance.

C’est bien la légitimité des organisations syndicales en matière de protection

Des lanceurs d’alerte qui est reconnue. L‘écho à un combat de longue date de la CFDT.

Les entreprises concernées, environ 150, devront se conformer à cette nouvelle obligation à partir de 2018.

La CFDT continuera son travail dans les entreprises et avec les salariés, pour veiller à ce que leurs représentants soient associés à la mise en œuvre et au suivi de ce nouveau dispositif.

jeudi, janvier 12 2017

HOMMAGE A FRANÇOIS CHEREQUE par Laurent BERGER

Je souhaite à toutes et tous une très heureuse année 2017, même si pour les militants et les adhérents de la CFDT, cette année commence dans la tristesse. Voici le discours d’hommage à mon ami François Chérèque que j’ai prononcé  lors de ses obsèques.

C’est avec une grande émotion et une immense peine que nous rendons hommage à François Chérèque.

A votre présence nombreuse aujourd’hui se mêlent les innombrables témoignages venus de tous les horizons, de toute la France y compris d’Outre-mer, d’Europe et de tous les continents. 

Son départ trop tôt, trop injuste, nous rend tous infiniment tristes. François avait encore tant à dire, à nous dire, tant à faire et à vivre.

Jusqu’au bout, sa passion de la vie l’a porté, son combat contre la maladie il l’a mené avec ténacité comme tous ses combats.

Toutes celles et tous ceux qui ont croisé son chemin, agi à ses côtés, éprouvé la force de ses convictions, partagé ses engagements, savent qu’ils perdent un ami cher, un type bien, un grand bonhomme.

La justice sociale a été le fil rouge de sa vie d’homme et de militant. Sa lutte indéfectible contre les inégalités, sous toutes leurs formes, n’a cessé d’animer l’impressionnante détermination qu’il mettait dans ses combats, qu’ils soient syndicaux ou associatifs au service des salariés, des jeunes, des pauvres, avec toujours l’intérêt général en ligne de mire.

Pour François Chérèque, réformer ne consistait pas à s’adapter à l’injustice du monde, mais à se donner les moyens de la faire reculer.

- Syndicaliste combatif dès son entrée dans le travail comme éducateur spécialisé auprès d’enfants autistes, il fut un promoteur décisif du renouveau du syndicalisme  tant dans ses responsabilités à l’UD des Alpes de Hautes Provence qu’à la tête de la fédération de la Santé.

- Visionnaire exigeant, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT durant dix années, a été l’artisan acharné d’un syndicalisme utile aux salariés, utile à la société, un syndicalisme résolument ancré dans le réel, ouvert aux autres, et proche des salariés.

- Réformiste impatient, il a imprimé sa vision d’un syndicalisme moderne capable de porter une analyse sans tabou sur la réalité, capable de propositions audacieuses pour préparer l’avenir et s’engager pour les faire vivre, un syndicalisme capable aussi de s’interroger sur lui-même avec lucidité et courage.

- Démocrate résolument optimiste, François s’est battu pour que les salariés aient voix au chapitre, pour qu’ils puissent participer aux choix qui les concernent. Il portait l’ambition fondatrice de la CFDT, celle d’un projet syndical au service de l'émancipation individuelle et collective, porteur d'une société plus juste et plus solidaire.

- Fin stratège et redoutable négociateur, il détestait la tactique et les postures. Il aimait la confrontation des idées dans le respect et la loyauté et avec une absolue intégrité. Les désaccords pouvaient être forts mais ne conduisaient jamais à la rupture. C’est par la voie du dialogue social, un dialogue franc et constructif qu’il allait chercher et parfois arracher les résultats et les avancées pour les salariés.

- Homme libre et déterminé, François a enraciné l’autonomie de la CFDT, une autonomie douloureusement acquise et farouchement défendue quels qu’aient été les sujets et quels qu’aient été ses interlocuteurs du moment.

Ses combats pour les valeurs de justice, d’égalité et de solidarité, il les a menés dans l’exigence de la vérité, avec énergie et courage sans jamais reculer, sans jamais faiblir, sans jamais renoncer. Avec un seul but : construire du progrès, du progrès pour tous    

Beaucoup se souviennent de l’épisode tumultueux des retraites de 2003. Depuis cette date, plus d’un million de travailleurs aux carrières longues ont pu bénéficier d’un départ à la retraite avant l’âge légal.  Une grande mesure de justice sociale qu’ils doivent à la ténacité et au courage de François Chérèque et de lui seul.

Pour lui l’adversité n’était pas un frein, elle était un moteur. « Le courage ça se prépare » aimait-il rappeler. Le sien venait de loin.

Il venait de la puissance de ses convictions et de sa profonde humanité.

- Une humanité forgée auprès des siens et dans son métier d’éducateur.

- Une humanité qu’il s’est attaché à faire vivre au quotidien auprès de ses proches, de ses amis, des militants, des adhérents et partout où l’ont mené ses pas.

- Une humanité qu’il a su mettre au cœur du plan de lutte contre la pauvreté et dans son action pour les jeunes à la présidence de l’Agence du Service civique.

Le deuxième ligne de rugby, dont la carrure forçait le respect était un homme sensible, éminemment chaleureux et simple, d’une grande pudeur et d’une belle humilité.

Sa famille, Marinette sa compagne, Mathieu et Benoît ses fils, Marine et Juste  leurs compagnes, Léna sa petite fille, Jacques et Elisabeth ses parents, Philippe, Marc, Pierre et Paul ses frères étaient pour lui un bien précieux qu’il protégeait farouchement de ses engagements passionnés. 

Attentif à tous, bienveillant pour chacun, François aimait profondément les gens.

Il aimait aller à la rencontre et à l’écoute des personnes. Une vraie et grande affection le liait aux militants de la CFDT.

Il nous a légué sa force et son courage, nous en sommes fiers.

Dans l’espoir inébranlable de changer les choses, de redonner forme à la société, il savait insuffler son imperturbable sens du collectif et son éthique de la responsabilité.

Puissent-ils être pour tous, un enseignement pour affronter les défis qui nous attendent.

Rêvons que cela irrigue notre démocratie si malmenée.  Ce serait le plus bel hommage rendu à l’homme remarquable qu’il fut tout au long de sa vie.

Décidément François, toi qui n’a jamais aimé les lundis matin et encore moins quand tes équipes préférées avaient perdu le match du week-end, ce premier lundi de l’année tu nous l’auras fait détesté.

François mon ami, je veux ici te dire mon immense gratitude.

Te dire merci au nom de tous les militants et de tous les adhérents de la CFDT et t’assurer enfin, que dans chacune de nos actions, tu seras dans nos cœurs et nos pensées.

Merci François.

 

lundi, octobre 31 2016

COMMUNIQUE du 31 octobre 2016

L’échange, le dialogue, l’expression de chacun et des actions pour tous, voilà le combat de notre syndicat.

Que fait la CFDT au quotidien pour votre intérêt?

Nous travaillons actuellement sur différents accords d’entreprise : égalité professionnelle, formation, handicap, génération, NAO et nous vous communiquerons nos revendications et notre position vis à vis de la Direction sur chacun de ces sujets. Notre ligne de conduite c'est vous défendre et vous protéger.

De plus, notre section a été la seule à soulever la problématique des  rentes d'invalidité et continue à défendre ce dossier devant toutes les instances, DP et CE notamment, afin que les salariés impactés ne soient plus spoliés et retrouvent  une situation équitable.

Nous profitons de ce communiqué pour remercier  tous les membres de notre section pour le travail continu qu'ils fournissent quotidiennement.

La solidarité,  le partage et le respect sont des valeurs communes qui  permettent aux membres de notre équipe de travailler de façon agréable en respectant  un équilibre vie privée, vie professionnelle tout en recherchant efficacité et qualité de vie au travail.

Une nouvelle section syndicale au sein de GBT :

Deux anciens membres de la CFDT ont quitté la section depuis près de 2 ans et ont  décidé de fonder une nouvelle section syndicale FO. Souhaitons-leur bonne chance. Le pluralisme étant une de nos valeurs, nous espérons que leur démarche sera aussi constructive que la nôtre. Nous respectons ce choix et continuerons, comme nous l’avons toujours fait avec toute notre équipe, à alimenter le débat avec des propositions positives. Les  désaccords, au sein d’un groupe sont signe de bonne santé démocratique et ce qui compte, c’est d’arriver à un  consensus efficace après des débats libres qui  mettent de côté les ambitions personnelles et les problèmes d’égo. La tâche n’est pas simple mais notre engagement est et restera fondé avant tout sur La défense des droits et des intérêts des salariés.

Appel à sollicitations et rencontres :

Les rencontres avec les salariés sont quotidiennes sur tous les sites afin d’être au plus près de leurs soucis, que ce soit sur les conditions de travail, la rémunération, le management, les problématiques outils… et bien d’autres thèmes encore.

La CFDT n’est par une organisation dogmatique et notre section vit grâce au terrain et à ses remontées, donc grâce à vous  alors n’hésitez pas à nous faire part de vos préoccupations et difficultés.

lundi, octobre 17 2016

« Proposition de loi devoir de vigilance, le reporting ne peut remplacer le devoir de vigilance ».

Veuillez trouver ci-dessous, le communiqué de presse n° 54 de Marylise Léon, secrétaire nationale de la CFDT, intitulé «  Proposition de loi devoir de vigilance, le reporting ne peut remplacer le devoir de vigilance  ».

Pour le télécharger, merci de cliquer sur le lien suivant : https://www.cfdt.fr/upload/docs/application/pdf/2016-10/com_54_-_devoir_de_vigilance.pdf

Bonne lecture,

Le service de presse

 

PROPOSITION DE LOI DEVOIR DE VIGILANCE

Le reporting ne peut remplacer le devoir de vigilance

Le Sénat a examiné en seconde lecture, ce jeudi 13 octobre, la proposition de loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d’ordre. Le Sénat a malheureusement retenu les amendements issus de la commission des lois faisant évoluer le texte vers une transposition de la directive européenne sur le reporting extra financier.

La proposition de loi relative au devoir de vigilance consiste à instaurer une obligation de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre à l’égard de leurs filiales, sous-traitants et fournisseurs. Il s’agit d’introduire cette obligation en amont d’éventuels dommages environnementaux, sanitaires ou liés aux droits fondamentaux que pourraient causer leur activité économique. Les multinationales devront montrer qu’elles agissent pour limiter les risques liés à leur activité, y compris chez leurs sous-traitants étrangers. Cette attention devra se traduire par la rédaction d’un plan de vigilance (dont les contours seront précisés par décret).

Si la CFDT est favorable à la directive RSE, qui doit être transposée par les États membres avant décembre 2016 et qui permettra d’étendre et d’harmoniser les pratiques au niveau européen, elle s’inquiète du fait que le reporting remplace le « devoir de vigilance ». 

Il s’agit d’une logique différente de celle du reporting : les plans de vigilance se situent en amont, visent à prévenir les risques, le reporting se situe en aval. Il s’agit de deux logiques complémentaires que l’on ne peut ni opposer ni substituer.

 Il y a urgence à adopter cette proposition de loi ambitieuse assortie d’un régime de responsabilité en cas de non-respect. La CFDT, très mobilisée pour un renforcement de la responsabilité sociale des entreprises, souhaite que la proposition de loi soit adoptée avant février 2017, fin de la session parlementaire

lundi, septembre 19 2016

DROIT DE REPONSE : élections partielles au sein du CE : Commissions loisirs, mutuelle et trésorier adjoint

La démission d’un membre CFTC du Comité d’Entreprise a entrainé des élections partielles au sein de l’instance. Dans un souci de liberté  de choix la CFDT n’a pas donné de consignes de vote, et a laissé ses membres désigner le candidat de son choix. Lorsqu’elles sont évidentes, l’expertise des individus et les valeurs qu’ils défendent dans les missions proposées passent pour nous  après l’appartenance syndicale et ce pour une bonne marche du Comité d’Entreprise. La bonne personne au bon endroit nous semble un gage d’honnêteté et d’efficacité. Nous avons donc voté pour notre candidate, Evelyne Mussini qui postulait à la commission mutuelle, un de ses domaines de prédilection. Mais, nous avons aussi voté pour le candidat CFTC quand il nous apparaissait qu’il était légitime. C’est cela la véritable démocratie, inscrite dans nos statuts et vivante dans nos actes.

Cependant, comme vous le savez, les candidats sont élus à la majorité et c’est donc sans surprise que, comme à son habitude, le syndicat détenant la majorité la CFTC a privilégié l’appartenance syndicale au détriment du mérite et du talent.

C’est une chose de présenter une liste nommée « Agir ensemble »sans référence syndicale, mais c’en est une autre de faire tout pour que son équipe détienne le monopole des postes au détriment de personnes titulaires disposant d’ un nombre d’heures de délégation. Comme à l’accoutumée, ceux qui sont en fonction ne le font pas toujours sans arrière pensée, malgré tous leurs beaux discours…..

Les propositions et les actions de la CFDT sont claires. Elles visent à défendre les intérêts des salariés.

Comme nous avons défendu seuls l’expertise sur la gestion de la performance nous continuerons dans un souci de justice à inscrire notre action au plus près de la réalité sans faux semblant et sans calcul politique.

Vos élus CFDT ne font pas carrière et vous représentent pour mieux vous défendre. C’est là notre ambition et notre feuille de route.Cela reste notre règle commune.

 

samedi, septembre 17 2016

Une seconde jeunesse pour le SNAV

Depuis le printemps,le syndicat national des agences de voyages (SNAV) a changé de dénomination. Il faudra maintenant parler des "Entreprises du Voyage", lieu où seront négociés les accords de branches (voir article précédent).

En cette rentrée la CFDT portera deux thèmes à la table des négociations.

Pour parfaire nos engagements passés nous défendrons  au niveau de la branche l'accord égalité professionnelle, cheval de bataille de notre syndicat depuis toujours pour suivre, contrôler et proposer des solutions innovantes. 

Nous porterons aussi le dossier du télétravail qui ne cesse de se développer dans tous les secteurs d'activité, en négociant au mieux dans l'intérêt des salariés et en encadrant sa pratique.

Les accords de branches prennent de plus en plus d'importance, et leur prochain regroupement ne peut que renforcer notre position afin d'étendre au plus grand nombre possible nos propositions et solutions pour l'avenir.

La CFDT a ainsi un rôle moteur à jouer en étant force de propositions dans une branche innovante et attractive.
A très bientôt

Votre négociateur de branche

Gilles Paton

Pour information : Actions de la CFDT au niveau national


N°45 7 septembre 2016

 

DÉCLARATION DE Jocelyne CABANAL, SECRÉTAIRE NATIONALE DE LA CFDT

GENERALI

Favoriser la prévention ne doit pas servir de prétexte à la sélection médicale

Sous couvert d’un programme de prévention valorisant les comportements individuels favorables au maintien en bonne santé, l’initiative de l’assureur Generali soulève de lourdes questions. La CFDT demande l’ouverture d’un vrai débat public sur la transmission et l’usage des données de santé personnelles comme sur leur nécessaire régulation. 

En marge des contrats collectifs complémentaire santé ou prévoyance, ce programme propose un suivi individuel aux assurés qui choisiront d’y souscrire et de transmettreleurs données de santé personnelles à l’assureur. Selon leur comportement en matièred’alimentation, d’activité physique ou au tres, ils pourraient bénéficier d’avantagesfinanciers auprès d’entreprises partenaires.

La tarification en fonction des risques reste, heureusement, prohibée dans le cadre descontrats collectifs. Pour la CFDT, cette initiative, inédite en France, met le doigt dansun engrenage dangereux du point de vue de la solidarité et de la mutualisation desrisques entre malades et bien portants. Quelle s conséquences à terme pour ceux dontl’état de santé représente un risque aggravé pour l’assureur?

La CFDT est opposée à toute forme de sélection des assurés sur des critères médicaux.Elle réaffirme ses choix essentiels en matière de solidarité face aux risques sociaux.La transmission des données de santé personnelles à un tiers doit être encadrée et régulée pour éviter toute dérive.

L’ouverture des données de santé doit servir à l’amélioration de la santé publique et à un meilleur suivi du parcours de soins des patients.

Seule une gouvernance collective et exigeante peut être garante du bon usage dans le traitement et l’utilisation des données.

 com_45_-_generali.pdf



vendredi, juillet 15 2016

PÉNIBILITÉ


La loi s’applique à tous

À l’occasion de l’application de six nouveaux critères de pénibilité,

le patronat remet en cause une nouvelle fois la mise en place du Compte Personnel de Prévention de la Pénibilité (C3P) arguant la complexité du dispositif.

Pour la CFDT, ce n’est pas acceptable.

Tout le temps nécessaire a été donné depuis la promulgation de *la Loi du 20 janvier 2014 sur les retraites et la sortie des premiers décrets en octobre 2014.

Malgré cela, le patronat refuse le dialogue en restant sur des postures dogmatiques.

La CFDT continue d’affirmer que la mise en œuvre du compte personnel de prévention de la pénibilité est tout à fait possible sans compliquer la tâche des employeurs comme le prouve les accords de branche négociés ou en cours de négociation sur les référentiels. La loi doit s’appliquer à tous.

La CFDT rappelle que la reconnaissance de la pénibilité a déjà permis à 500 000 salariés d’acquérir des points au titre de l’année 2015

À terme, ce sont 1,3 million de salariés qui pourraient bénéficier de cette reconnaissance.

La CFDT en appelle au respect de la loi.

 

DÉCLARATION DE Hervé GARNIER, SECRÉTAIRE NATIONAL DE LA CFDT

mardi, juin 21 2016

Violences contre la CFDT, la liberté d'opinion doit être valable pour tous

Depuis plusieurs semaines, la CFDT fait face à de multiples attaques et agressions. Après les injures à l’encontre de nos militants, dans les entreprises et sur les réseaux sociaux,  des dégradations de plusieurs locaux CFDT ont eu lieu sur tout le territoire et  un drapeau de la CFDT a été brûlé lors de la dernière manifestation parisienne.

Dans une démocratie, la liberté d’opinion est valable pour tous. Aujourd’hui, cette liberté n’est pas respectée. Malgré leur colère, les militants CFDT font preuve de sang-froid face à ceux qui justifient la violence pour défendre leurs idées.  Mais cette intolérance et cette violence sont insupportables, notamment pour les salariés de la CFDT qui sont présents dans les locaux et doivent faire face à ces actes violents.

La CFDT ne partage pas cette conception du débat et du syndicalisme. Face à cette montée de violence, la CFDT en appelle au respect de ses militants et des idées qu’elle défend. Elle se réserve le droit de saisir la justice à chacune des agressions subies.

Dans un contexte particulièrement tendu dans notre pays, la CFDT appelle l’ensemble des acteurs à la responsabilité, au respect et à l’apaisement.


Publié le 20/06/16

DÉCLARATION DE LA COMMISSION EXÉCUTIVE DE LA CFDT



jeudi, juin 16 2016

ORIENTATIONS STRATEGIQUES 2016 - 2018

Le Comité d’Entreprise a été consulté sur les orientations stratégiques de notre société pour la période 2016-2018.  Celles-ci doivent donner une vision claire et globale de notre futur.

Les élus CFDT ont refusé de se prononcer sur ces orientations, comme nous le préconisait notre juriste auprès du CE car ils considèrent que les informations données par la Direction sont parcellaires et  ne nous permettent pas de rendre un avis.  Nous sommes conscients  que les discussions au niveau du groupe, toujours en cours, peuvent rendre difficile une parfaite clarification, pour autant comment rendre un avis éclairé sans information sur 2017 et 2018.

Les informations reçues concernant les conséquences sur l'activité, l'emploi, l'évolution des métiers et des compétences, l'organisation du travail, le recours à la sous-traitance et à l'intérim, ou à des contrats temporaires, les orientations de la formation professionnelle sont pour nous des informations incomplètes.

 Voici donc l’avis rendu :

La CFDT n’a pas été en mesure d’émettre un avis éclairé et encore moins de proposer des orientations alternatives sur un texte aussi vague qui ne contient pas assez d’éléments d’information concrets sur la stratégie de l’Entreprise pour l’avenir ainsi que sur les moyens qu’elle entend mettre en œuvre en vue d’y parvenir.

mardi, juin 14 2016

ATTENTAT À ORLANDO




La CFDT solidaire et engagée aux côtés des personnes LGBT

La CFDT condamne fermement l’attentat qui a visé une boîte de nuit, haut-lieu de la communauté LGBT, dans la nuit de samedi à dimanche, à Orlando aux États-Unis. Le bilan provisoire de cette tuerie est de 50 mort.e.s et 53 blessé.e.s.  

En plein mois des fiertés, le fait que des personnes ait été prise pour cible en raison de leur orientation sexuelle ne laisse aucun doute quant aux motifs du tueur. Cela nous rappelle, s’il en était besoin, que le combat pour le respect et l’égalité est malheureusement encore loin d’être gagné.

La CFDT tient à affirmer son soutien à la communauté LGBT et à l’ensemble du peuple américain. Il ne saurait y avoir de meilleure réponse qu’un engagement renforcé pour l’égalité de toutes et tous.

La CFDT, comme elle l’avait annoncé, marchera aux côtés des lesbiennes, gays, bisexuels, et transgenres lors des Marches des Fiertés qui se déroulent en France. Elle réaffirmera le rôle du syndicalisme pour faire progresser le respect des personnes dans leur diversité, à travers des partenariats tels que celui signé récemment avec le RAVAD, des actions de sensibilisation et de formation, et la défense des valeurs qui sont les siennes.

samedi, avril 30 2016

Un petit résumé de mes activités auprès du SNAV (syndicat national des agences de voyages).

Depuis janvier, je suis mandaté par la  CFDT pour négocier au SNAV les accords de branche, c'est à dire selon la hiérarchie des normes, les accords qui se placent au-dessus des accords d'Entreprise que nous négocions tout au long de l'année.  Les accords de branche s'imposent à tous.

Notre branche représente 97 000 personnes et est  formée d'  Entreprises adhérentes dont GBT .

 Les thèmes abordés sont presque tous communs  avec les  accords d'Entreprises.  Les syndicats représentés sont la CFDT, la CGT, FO, la CGC, la CFTC. La CFDT pèse pour environ 30 %, notre représentation est donc très importante.

Comme indiqué dans notre précédent article ce qu'il faut retenir de l'actualité c'est le refus des augmentations de salaires porté par les syndicats patronaux. Les  négociations sur les minimas sociaux sont de ce fait bloquées.

Gilles Paton
Représentant CFDT au SNAV

mardi, avril 26 2016

Les employeurs ensablent les négociations nationales sur les salaires

Cela fait 3 ans que les salaires n’augmentent pas pour les minimas conventionnels négociés en branche. Cette année encore, l’organisation patronale, le Syndicat national des agents de voyages (SNAV), n’a pas souhaité faire d’effort. Non seulement ses représentants n’avancent pas de propositions autres que le rattrapage du SMIC - qui est une disposition légale – et le maintien des écarts entre les groupes de classification, mais ils ont aussi refusé celles des 5 organisations syndicales de salariés représentatives (les fédérations de la CFDT- CFE-CGC -CFTC-CGT-FO).

En conséquence, le groupe A, le premier niveau de classification, se retrouve de fait en dessous du SMIC, et le premier niveau « cadre » est en dessous du plafond de la sécurité sociale.

Les 5 organisations syndicales de salariés représentatives réprouvent cette attitude contraire au dialogue social et tout en rappelant l’engagement oral du SNAV de maintenir le groupe A à 3% du SMIC, visant à favoriser l’attractivité des métiers du secteur.

Les 5 organisations syndicales de salariés se gardent de s’aligner sur une telle attitude. Elles décident donc de ne pas signer la fausse proposition du SNAV jusqu’à ce qu’une grille décente, favorable à tous les salariés, soit assurée.


Communiqué de presse intersyndical

jeudi, mars 3 2016

Pourquoi le projet de loi El Khomri n’est pas acceptable en l’état

La CFDT avait des attentes fortes vis-à-vis de ce projet de loi qui, selon son intitulé officiel, doit « instaurer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs ». La version transmise aux syndicats est selon Laurent Berger « très déséquilibré ». Compte tenu de l’importance et de la diversité des sujets à faire évoluer, la CFDT a demandé au gouvernement un report de la présentation du texte en Conseil des minsitres. Elle a été entendue : la gouvervement promet désormais de reprendre la concertation avec les partenaires sociaux.

Des avancés…

  • Sanctuarisation des principes fondamentaux du droit du travail :
    CDI comme forme normale de contrat ; 35 heures comme durée légale ; majoration des heures supplémentaires…
  • Formation des jeunes
    Le projet de loi propose des droits à formation supplémentaire pour les jeunes sans qualification
  • Renforcement de la lutte contre le travail détaché illégal
  • Création du compte personnel d’activité
  • Renforcement du dialogue social par la confirmation de la règle de l’accord majoritaire et l'amélioration de la reconnaissance des organisations syndicales

     
… mais des mesures inacceptables...

  • Augmentation du pouvoir unilatéral de l’employeur sur le temps de travail des apprentis, les contreparties aux temps de pause et le recours au forfait-jours et à la modulation du temps de travail dans les petites entreprises
  • Fragilisation des salariés français en cas de licenciement économique
    Le projet propose de définir les motifs de recours au licenciement économique avec comme périmètre du niveau d’appréciation le seul territoire français, ce qui revient à considérer les salariés français comme une variable d’ajustement de la compétitivité entre les entreprises européennes
  • Plafonnement des indemnités prud’hommes
    La CFDT a toujours combattu le plafonnement des dommages et intérêts en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse. Cette disposition n’est pas acceptable : elle priverait les salariés licenciés abusivement de la juste réparation de leur préjudice
     


... et des lacunes

La CFDT demande :

  • la possibilité d’accès pour tous à une banque des temps, un CET (compte épargne-temps) pour tous
  • la mise en place du mandatement syndical dans les petites entreprises

Pour la CFDT, le projet de loi est inacceptable en l’état !

jeudi, décembre 17 2015

Accord NAO 2016

Bonjour,

Pour la deuxième fois consécutive, la CFDT n'a pas signé l'accord NAO 2016 à l’inverse du syndicat majoritaire.

 Bien que des mesures positives aient été reconduites, comme le lundi de Pentecôte, la réduction du temps de travail pour les femmes enceintes, la monétisation des RC placés sur le CET, le dispositif des CÉSU…, nous considérons que les efforts consentis par la direction sont trop faible.

La CFDT revendique depuis des années une augmentation générale des salaires significative, dans l’optique de maintenir le pouvoir d'achat des salariés et d’améliorer leurs conditions de vie dans une période économique difficile pour la plupart d’entre nous.

 La CFDT n’est pas opposée aux augmentations au mérite mais considère qu’elles doivent venir en complément d’une augmentation générale afin que la motivation de tous soit assurée. Une augmentation générale des salaires une nouvelle fois refusée par l’entreprise.

La CFDT aurait souhaité que l’entreprise envoie un signal fort à ses salariés, en les associant  plus encore à la dynamique mise en place par la nouvelle direction que nous soutenons dans sa démarche commerciale courageuse et efficace et qu’elle ne se contente pas de proposer des mesures à minima.

Les salariés, véritable fondement de notre Société restent très attachés à leur métier et dans une période ou nous regagnons des clients, tous auraient apprécié un encouragement financier plus marqué comme le réclame notre Fédération depuis des années.

La CFDT reste à l'écoute de la Direction et sera bien sur disponible pour les prochaines négociations sur le plan salarial ainsi que pour toutes les autres propositions constructives dans tous les domaines en ayant toujours pour priorité la défense des intérêts des salariés.

Nous nous engageons quotidiennement à vos côtés et seront là avec toute notre équipe CFDT au quotidien sur le terrain pour les prochains rendez-vous sociaux et pour faire valoir vos droits.

 

 

jeudi, décembre 3 2015

Expertise du CHSCT sur la gestion de la performance 2016 et outils : la position de la CFDT

Le 26 Octobre, un CHSCT s’est tenu pour une réunion extraordinaire afin d’être consulté sur l’application du nouveau système de gestion de la performance et des outils associés pour l’année 2016.

Le CHSCT, à l’issue de cette réunion, et se basant sur le fait qu’il considérait ne pas disposer d’assez d’informations pour se prononcer, que ces informations lui paraissaient trop générales et que la nature même du système allait avoir des répercussions importantes pour l’avenir de tous les salariés, a décidé de ne pas rendre d’avis et de diligenter une expertise à l’aide d’un cabinet professionnel et indépendant :  Le cabinet Technologia.

Le CHSCT a voté à l’unanimité, toutes sensibilités syndicales confondues, le recours à cette expertise extérieure.

L'expert doit  étudier et analyser tous les aspects du projet avant déploiement, puis  revenir vers l’instance avec des préconisations qui auront pour but de mettre en évidence les impacts sociaux éventuels liés  à ce projet. Ensuite, à chaque phase du déploiement, il vérifiera que les changements apportés ne représentent aucun risque pour les salariés.

Depuis le 26 Octobre, nous attendons la  signature d’une convention de cadrage entre le cabinet d’expertise, la Société, et le CHSCT.

La Direction a exprimé son désaccord, à priori, sans action en justice à ce jour, et réfléchit à une autre solution négociée qui, à notre sens, est beaucoup moins protectrice pour les salariés et surtout dénuée de toute sécurité juridique.

Il s'agirait d'un  comité de suivi ou d'un accord collectif de méthode qui ne saurait, pour nous, avoir la même portée qu’une expertise extérieure. Tous les cabinets juridiques que nous avons sollicité, et qui aident les instances en conviennent et partagent notre analyse.

Un accord collectif décrirait le cadre sur 3 ans. Une fois encore, cela revient à signer un chèque en blanc sans connaitre réellement les phases du projet.

Une expertise permet de matérialiser certains manquements en rendant un rapport avant mise en place du projet.

Rien n'interdit ensuite un accompagnement de ce projet. En effet, suite à une expertise qui se pratique communément dans les Grands Groupes, l'expert peut intervenir à chaque phase de mise en place du projet.

Le CHSCT peut ainsi rendre régulièrement un avis sur son déroulement.

Les élus CFDT au CHSCT sont pleinement dans leur rôle de prévention des risques et, comme vous l'aurez compris, ne souhaitent pas revenir sur leurs votes.

Cependant, nous ne sommes pas majoritaires. Un nouveau CHSCT extraordinaire est programmé. Nous vous tiendrons bien évidement informés de la suite de ce vote et de l’évolution de ce très important dossier. Les élus CFDT sont et seront toujours là pour défendre vos intérêts.

 

Evelyne Mussini-Tharreau & Gilles Paton

Délégués Syndicaux CFDT

 

lundi, novembre 23 2015

Déclaration du Bureau National de la CFDT

cfdt_Attentat.pdf

jeudi, septembre 17 2015

AIDE JURIDIQUE au quotidien pour TOUS LES SALARIES SUR LE DROIT DU TRAVAIL

Voici les deux cabinets ci-dessous (mis à disposition par le CE) :

ACCES Consulting

Tél. : 02 53 55 72 58       

                   

ALINEA  alinea@lesdroitsduce.com

Tél : 01.48.13.17.72


La Section Syndicale CFDT


INFOFLASH ACCIDENT DU TRAVAIL

Définition :

1°) « Est considéré comme accident du travail, quelle qu’en soit la cause, l’accident survenu par le fait ou à l’occasion du travail à toute personne salariée ou travaillant, à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs » (art.L 411-1 - code de la sécurité sociale).

Nota : l’accident survenu sur la route lors d’une mission effectuée par le salarié pour le compte de son employeur est considéré comme un accident du travail.

2°)  « Est également considéré comme accident du travail, l’accident survenu à un salarié, pendant le trajet d’aller et de retour, entre :

- la résidence principale, une résidence secondaire stable ou tout autre lieu où le travailleur se rend de façon habituelle pour des motifs d’ordre familial et le lieu de travail

- le lieu du travail et le lieu où le travailleur prend habituellement ses repas, dans la mesure où le parcours n’a pas été interrompu ou détourné pour un motif dicté par l’intérêt personnel et étranger aux nécessités essentielles de la vie courante ou indépendant de l’emploi. » (art.L 411-2).

 

Procédure de déclaration

1°) Dans les 24 heures qui suivent l'accident, la victime doit en informer son employeur ;

2°) Celui-ci doit le déclarer à la Sécurité sociale, même si l'accident n'a pas entraîné d'arrêt de travail et même s'il estime qu'il ne s'agit pas d'un accident professionnel ;

3°) L'employeur doit remplir le formulaire « Déclaration d'accident du travail » et l'adresser à la CPAM du lieu de résidence de la victime le plus rapidement possible et, en tout état de cause, dans les 48 heures qui suivent le moment où son salarié l'a informé de son accident.

 Bien compléter la déclaration (pour information)

- Lieu de l’accident, préciser s’il s’est produit :

. sur le lieu de travail habituel (atelier, chantier, bureau) ; . sur un lieu de travail occasionnel ; . lors d’un déplacement pour le compte de l’employeur ; . au domicile du salarié ; . sur le trajet aller ou retour entre le domicile ou le lieu de prise habituelle des repas, et le lieu de travail Dans tous les cas : indiquer la localité et le lieu précis de l’accident.

- Circonstances détaillées de l’accident : indiquer ce que faisait la victime au moment de l’accident (travail sur une machine, manutention, …) et comment celui-ci s’est produit (glissade, heurt, …).

- Sièges des lésions : indiquer l’endroit du corps où la victime a été atteinte (yeux, tête, mains, membres supérieurs ou inférieurs,…) en précisant, si nécessaire, le côté droit ou gauche.

- Nature des lésions : préciser le type de lésion (contusion, plaie, lumbago, fracture, brûlure, …).

 

 

- page 1 de 3